L’ingénierie belge n’a pas la frite. A en croire les dernières déclarations de la plateforme des ingénieurs belges, il manquerait 2000 à 3000 ingénieurs au plat pays pour faire tourner la boutique.L'industrie, les nouvelles technologies, l'agriculture, l'environnement, la mobilité, la santé, ou encore le génie civil, tous semblent avoir besoin de cerveaux.La désaffection de la filière est là-bas pointée du doigt, mais puisqu'il n’est pas bien de montrer de la phalange, posons-nous la question différemment :
Et si nos ingénieurs traversaient le bourg de Quiévrain pour prêter tête forte aux Belges au son du "Wallons français de l'ingénierie" ?
A cette interrogation, il faut apporter des arguments.Pourquoi en effet traverser, alors qu’en France aussi le plein emploi règne dans l’ingénierie ?Pour la bière ? Les frites ? Leur belle équipe de foot ?Tous ces arguments peuvent faire mousse, mais il est évidemment que c’est l’argent qui rentrera tout d’abord en ligne de compte.Et là, force est de constater qu’au pays de Waterloo, ce n’est pas franchement morne paie.Selon les recommandations de la Fédération Royale d’Associations Belges d’Ingénieurs civils et de bioingénieurs (FABI), « le revenu mensuel brut de l’ingénieur universitaire, pour un premier emploi, est de 2.860 € brut par mois payés au moins 13,92 fois par an et complété par des avantages en nature pour un montant minimum de 3.875 euros par an.Pour les ingénieurs industriels débutants, la FABI préconise un salaire moyen de départ 2.7700 euros bruts mensuel payés 13,92 fois par an ou 2.984 euros payés 12,92 fois par an + des avantages équivalents à ceux des ingénieurs civils et bioingénieurs ». (source : www.ingenieursbelges.be)Bon, nous n’avons pas très bien saisi la différence entre ingénieur universitaire et industriel (si quelqu’un peut nous éclairer ?), mais cela fait grosso modo une moyenne de 39 000 euros par an pour débuter.Pour rappel, en France, les ingénieurs commencent en moyenne à 35 500 (source : enquête CGE 2013)Cela fait une petite différence…Après 10 ans, toujours selon la FABI, « le salaire moyen des ingénieurs universitaires s’élève à 4.653 euros brut par mois payés au moins 13,92 fois par an, complété toujours par divers avantages en nature. Celui des ingénieurs industriels à 4.390 euros en moyenne ».Donc, pour un ingénieur universitaire, cela représente à peu près 65 000 euros.En France, si vous touchez 65 000 euros après 10 ans, c’est que vous vous situez dans le haut du panier…Finalement, c’est peut-être Simon Azoulay, le PDG d’Alten qui a raison quand il déclare que les ingénieurs français ne sont pas assez payés !Si même les Belges nous dépassent, c'est un sacriLiège !Mais ne nous énervons pas. Cela fait trop Gaulois.Et rassurons-nous même :Selon une étude australienne, les ingénieurs seraient les plus à même de devenir… millionnaires !L’étude a porté sur plus de 70 000 millionnaires dans le monde. Résultat : le diplôme d’ingénieur arrive en tête des qualifications des millionnaires (devenus entre-temps entrepreneurs évidemment) devant le MBA !Amis ingénieurs, vous avez donc de l’or entre les mains.A Bruxelles comme à Paris ! Et en attendant de toucher le jackpot, vous pouvez toujours consulter les annonces emploi d'Atlantis-RH !Article du 22/11/2013
Nos 7 dernières actualités publiées

Notre dernière offre d’emploi urgente disponible

Ingénieur Travaux Débutants (H/F)

Secteur : Travaux Spéciaux
Contrat : CDI

Responsable d'agence Ingénierie VRD & Infrastructure (H/F)

Secteur : Ingénierie Infrastructures
Contrat : CDI

Consultant en Recrutement Confirmé (H/F)

Secteur : Recrutement
Contrat : CDI
En savoir plus sur Atlantis
Entreprises / RH
Notre approche
Candidats
Notre solutions de recrutement
Vous n'avez pas trouvé d'offres qui vous correspondent ?
Vous pouvez aussi, en vous créant un compte, établir une candidature spontanée auprès de nos annonceurs.
Vous pouvez nous contacter directement au : 06 45 78 89 94